Population ou populations de + 60 ans ?

La Langue française offre un florilège de dénominations pour désigner les différents âge de la vie : nourrisson, enfant en bas âge, enfant, préadolescent, adolescent, post-adolescent, jeune adulte, adulte, etc. Ces huit noms communs servent usuellement à identifier une personne jusqu’à ce qu’elle atteigne ses trente ans.

Si ces dénominations sont nombreuses pour les premières années de la vie, elles le sont bien moins pour ce qui concerne les personnes de plus de soixante ans, regroupées sous des noms plus génériques tels que « seniors », « retraités » ou encore par décade (sexagénaire, septuagénaire, octogénaire, etc.). Or, comme le rappelle Serge Guérin dans L’invention des seniors, « Les noms données aux vieux tentent de recouvrir sous un même vocable une hétérogénéité de situations sociales et physiques, une diversité de générations, une multiplicité de regards ». Effectivement, la catégorie « senior » comprend aussi bien des actifs en fin de carrière, que des jeunes retraités, que des personnes isolées ou bien intégrées, vivant en milieu rural ou bien en milieu urbain, etc. Les plus de soixante ans représentent une multiplicité de profils dont les attentes, les besoins et les habitudes divergent du tout au tout. Pourquoi et comment une société peut-elle répondre correctement aux attentes d’un / de groupe(s) si elle ne parvient pas, en premier lieu, à l’identifier / les identifier comme il se doit ?

Comme le rappelait Jean Bouisson dans son article « Vieillesse et vulnérabilité », publié en 2011 dans Vieillissement et vieillesse, vulnérabilité et ressources : regards croisés, « Dès qu’il s’agit de la vieillesse, le raisonnement tend à user de la synecdoque, le  »bon sens » paraît s’évanouir et le jugement régresser souvent à un niveau quasi syncrétique ». L’auteur nous rappelle ici un dure réalité : les idées reçues sur les personnes de plus de soixante ans sont si profondément ancrées dans les représentations sociales qu’elles tendent à prendre le pas sur la logique et sur la réflexion.

Or, face aux évolutions sociales et démographiques, ce statu quo ne peut plus tenir. Tout d’abord, les premières générations issues du baby-boom d’après guerre entrent à l’âge de la retraite. Elles ont bénéficié des apports de Trente Glorieuses : amélioration du confort, plein emploi, sécurité sociale, etc. Elles vivent aujourd’hui mieux que leurs aînés au même âge et peuvent espérer vivre plus longtemps, ainsi qu’en meilleure santé que ces derniers. Les paradigmes classiques de la vieillesse sont donc totalement remis en question par ce profil inédit de nouveaux retraités.

Ainsi, l’écart déjà présent entre les différentes générations de plus de soixante ans tend-il à s’agrandir. Les vocables déjà peu adaptés à une population hétérogène semblent perdre le peu de pertinence qui leur restaient. Il est aujourd’hui temps de redorer cet âge / ces âges peu mis en valeur, ainsi que de donner à chaque génération la représentation sociale qui lui est due.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *