Mieux comprendre les pratiques, mieux prévenir les risques chez les seniors âgés

Nous entendons ici « seniors » les personnes de plus de 75 ans.

Si les seniors sont majeurs depuis longtemps, ils ne sont pas tous nécessairement majeurs face à la technique (Simondon, 1989), et notamment avec les environnements numériques. Beaucoup sont en fait mineurs dans leur agir informationnel sur les espaces numériques et se montrent négligents (au sens étymologique : neg-legere : ne pas lire, Le Deuff, 2010) en ne lisant pas des informations importantes ou en les interprétant mal. Cette difficulté commence parfois dès la lecture des posologies. Du coup, cet état minoritaire est propice à tout type de manipulation dont les conséquences peuvent être dommageables sur la santé. Dans l’état de minorité, la logique sérendipitaire, qui consiste à trouver de l’information intéressante de façon fortuite, devient inversée et conduit au contraire à un risque de mauvaises découvertes notamment numérique : la zemblanité. Cette zemblanité peut se concrétiser par le fait de suivre les conseils de personnes qui présentent une mauvaise influence, ou de se contenter de suivre des explications données sur des forums qui sont mal ciblées ou mal comprises.

Les populations âgées n’ont pas été formées aux potentialités du numérique et encore moins à leurs risques. S’il est courant de désigner les populations adolescentes comme public à risque, les populations seniors sont à prendre en compte du fait d’une santé qui nécessite une attention plus régulière et dont les pathologies peuvent être très importantes. Nous souhaitons donc étudier en quoi des pratiques informationnelles négligentes peuvent être source de pratiques médicales risquées. Cette notion de risque parait d’autant plus importante que le senior est atteint de pathologie chronique et parfois invalidante. La notion de fatigue de sa propre prise en charge quotidienne (exemple des patients diabétiques) peut conduire à des pratiques à risque que l’accès à Internet peut potentiellement accroître. Nous nous intéresserons plus particulièrement à cet effet de potentialisation des risques en contexte numérique.

Les informations disponibles sur le web constituent-elles des éléments forts du passage à l’acte d’automédication. La facilité d’accès à des médicaments de façon légale ou illégale peut-elle constituer une tentation forte ?

 

photo-1417733403748-83bbc7c05140


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *