L’importance de l’évaluation de l’information

L’évaluation de l’information (Serres, 2012) devient une compétence clef qui repose désormais sur l’usager et le citoyen au quotidien. En effet, le numérique a changé les règles de filtrage de l’information, qui s’opéraient autrefois dans les chaînes éditoriales et documentaires. Le web offre des possibilités d’accès à des données de qualité. Néanmoins, il est également une source d’infopollutions. Eric Sutter répartit ces dernières en quatre sortes : la surabondance, la désinformation, la contamination, les abus publicitaires. Le contraire de l’information devient autant la déformation que la désinformation. Une déformation qui finit par s’exercer autant sur les corps que les esprits (De Rougemont, Stiegler)

Or le risque informationnel, notamment lié à des informations médicales, n’est pas sans danger. Certaines personnes utilisent des sources d’information web multiples, qui sont parfois en contradiction, voire en opposition, avec les préconisations médicales. La désinformation se trouve alors facilitée par un climat de défiance institutionnelle qui concerne les institutions politiques, mais aussi les territoires médicaux. Si les plus avertis se montrent capables d’aller lire sur des bases dédiées comme des articles scientifiques, la grande majorité des internautes se contente d’échanger sur des forums ou autres sites alternatifs. Le vocabulaire trop technique ou trop médical des certains sites de qualité s’avère parfois peu compréhensible, poussant les internautes à se rabattre sur des informations d’apparence plus facile à comprendre, mais dont la qualité reste à vérifier. Par conséquent, l’enjeu de cette question repose non seulement sur l’évaluation de l’information brute, mais également sur l’évaluation des auteurs des propos ainsi que des personne chargée de la relecture et de la mise en ligne l’information.

google-76517__180De la même façon, la tentation d’accéder à des pilules miracles pour retrouver jouvence ou libido constitue des risques évidents. Nous tentons, à travers le projet RICSA, de mesurer ces pratiques d’achat isolé de médicaments, voire de cerner le potentiel et les tentations qui pourraient être libérées si les systèmes de vente en ligne venaient à se développer. En ce qui concerne les officines qui vendent des médicaments en ligne, cette évaluation de l’information devient cruciale, d’autant que le nombre de spams à caractères médicaux est considérable. Selon le professeur Jean Giroud, 20 % des hospitalisations de seniors sont dues à des accidents liés à la prise de médicaments.

La pratique de l’automédication a augmenté ces dix dernières années et pourrait augmenter à nouveau avec la possibilité de commander des médicaments par Internet, d’après une enquête de l’Afipa.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *