Humanités digitales et le public des seniors

La question des humanités digitales reste souvent limitée au public des chercheurs et des professions qui travaillent en milieu universitaire. Évidemment, un des objectifs des projets est de parvenir à atteindre un autre niveau : celui de la valorisation des travaux effectués notamment en facilitant l’accès à un public élargi. Cette question des humanités digitales populaires doit inciter à penser les types de médiation à construire, à la fois en travaillant sur les dispositifs de médiations, mais également sur les publics qui mériteraient une attention particulière.

Le projet RICSA participe de ce volet ultime et pourtant essentiel des humanités digitales en étudiant un public spécifique : les seniors. Alors qu’il est courant d’étudier plutôt le public jeune et notamment adolescent, le projet a fait le choix de se positionner sur un public trop négligé. Une meilleure connaissance du public senior, de sa diversité et de ses pratiques permettra de mieux cerner leurs besoins pour accéder à des connaissances issues des travaux en sciences humaines et sociales.

Durant le colloque sur les humanités numériques de Montréal où j’étais présent notamment pour montrer les résultats d’enquête en littératies et compétences numériques (voir le carnet de recherche Humanlit et Hubic), peu de projets finalement abordaient la question des publics élargis et notamment des publics spécifiques comme les seniors. Les humanités digitales dites populaires doivent pourtant anticiper désormais davantage l’accessibilité (dans tous les sens du terme) de leurs travaux. Sébastien Poublanc qui était venu expliquer le projet du magazine Mondes sociaux notaient que beaucoup de journalistes scientifiques étaient heureux de l’initiative car trop peu de travaux étaient réalisés pour faire connaître les travaux en sciences humaines et sociales, à l’inverse d’autres disciplines scientifiques. Je reconnaissais moi-même que j’avais parfois du mal à catégoriser ce qu’était vraiment  Mondes Sociaux et que j’étais souvent décontenancé car j’attendais parfois des articles plus fournis en matière de recherche, alors que l’objectif est justement de s’adresser à un public élargi.

On perçoit ici l’enjeu de parvenir à produire de l’information destinée au public senior qui mêle à la fois des questions issues des sciences humaines et sociales, mais aussi en ce qui concerne des questions liées à la santé publique. On retrouve ici la formation humaniste classique qui consiste à une prise de soin de soi qui concerne aussi bien les aspects physiques que mentaux de l’individu. Les humanités digitales au sens large participe pleinement de cette prise de soin que rappelle à plusieurs reprises Michel Foucault. Ce qu’il est parfois coutume de nommer care participe des humanités digitales. Le rôle des SHS est donc bien de ne pas se contenter d’observer les sociétés actuelles ou passées, mais également d’envisager sa formation et transformation.

Pour le public des seniors que nous étudions, il est tentant de puiser chez Montaigne quelques réflexions préalables, tant l’humaniste dont notre université porte le nom, s’est interrogé dans ses Essais sur cette période de sa vie.  On remarquera toutefois qu’il considère cette période de façon précoce comme une diminution progressive : une diminution qui n’est pas toujours synonyme d’assagissement :

 Depuis d’un long trait de temps, je me suis envieilli, mais assagi je ne le suis certes pas d’un pouce (essai III.chap.9)

Clairement, le public senior peut prendre des risques, et même des risques inconsidérés, ce qui ne les distingue pas nécessairement des jeunes publics. Et ce d’autant plus que les relations avec le numérique bénéficient même chez les plus anciens d’une expérience restreinte.

On comprend dès lors qu’il ne s’agit pas de considérer les plus anciens comme des digital immigrants au même titre qu’il existerait des digital natives. La transmission de compétences et de connaissances dans les domaines du digital sont bien plus complexes et les plus anciens sont parfois davantage compétents en la matière qu’un adolescent qui semble plus à l’aise qu’en apparence. Il convient donc d’aller au-delà des représentations factices et de songer davantage à améliorer la transmission de part et d’autre, et c’est en cela que les humanités digitales peuvent être la transdiscipline qui facilitera cette opération.