Journée d’étude – RICSA

Pour fêter la fin du projet, nous organisons, le 29 juin prochain, une journée d’étude dédiée à la thématique du projet : les recherches de santé en ligne chez les personnes de plus de soixante ans. Rendez-vous à 14h, salle 309, à l’IUT Bordeaux Montaigne (1 rue Jacques Ellul, 33000 Bordeaux)

Au programme :

14h-14h30 : Alain ISAMBERT

14h30-15h00 : Marie Herr

15h00-15h30 : Olivier Le Deuff

15h30-15h45 : pause café

16h-16h30 : Amar Lakel

16h30-17h : Gino Gramaccia

17h-17h30 : Eloria Vigouroux-Zugasti

17h30-18h : échanges entre le public et les intervenants

RICA

Humanités digitales et le public des seniors

La question des humanités digitales reste souvent limitée au public des chercheurs et des professions qui travaillent en milieu universitaire. Évidemment, un des objectifs des projets est de parvenir à atteindre un autre niveau : celui de la valorisation des travaux effectués notamment en facilitant l’accès à un public élargi. Cette question des humanités digitales populaires doit inciter à penser les types de médiation à construire, à la fois en travaillant sur les dispositifs de médiations, mais également sur les publics qui mériteraient une attention particulière.

Le projet RICSA participe de ce volet ultime et pourtant essentiel des humanités digitales en étudiant un public spécifique : les seniors. Alors qu’il est courant d’étudier plutôt le public jeune et notamment adolescent, le projet a fait le choix de se positionner sur un public trop négligé. Une meilleure connaissance du public senior, de sa diversité et de ses pratiques permettra de mieux cerner leurs besoins pour accéder à des connaissances issues des travaux en sciences humaines et sociales.

Durant le colloque sur les humanités numériques de Montréal où j’étais présent notamment pour montrer les résultats d’enquête en littératies et compétences numériques (voir le carnet de recherche Humanlit et Hubic), peu de projets finalement abordaient la question des publics élargis et notamment des publics spécifiques comme les seniors. Les humanités digitales dites populaires doivent pourtant anticiper désormais davantage l’accessibilité (dans tous les sens du terme) de leurs travaux. Sébastien Poublanc qui était venu expliquer le projet du magazine Mondes sociaux notaient que beaucoup de journalistes scientifiques étaient heureux de l’initiative car trop peu de travaux étaient réalisés pour faire connaître les travaux en sciences humaines et sociales, à l’inverse d’autres disciplines scientifiques. Je reconnaissais moi-même que j’avais parfois du mal à catégoriser ce qu’était vraiment  Mondes Sociaux et que j’étais souvent décontenancé car j’attendais parfois des articles plus fournis en matière de recherche, alors que l’objectif est justement de s’adresser à un public élargi.

On perçoit ici l’enjeu de parvenir à produire de l’information destinée au public senior qui mêle à la fois des questions issues des sciences humaines et sociales, mais aussi en ce qui concerne des questions liées à la santé publique. On retrouve ici la formation humaniste classique qui consiste à une prise de soin de soi qui concerne aussi bien les aspects physiques que mentaux de l’individu. Les humanités digitales au sens large participe pleinement de cette prise de soin que rappelle à plusieurs reprises Michel Foucault. Ce qu’il est parfois coutume de nommer care participe des humanités digitales. Le rôle des SHS est donc bien de ne pas se contenter d’observer les sociétés actuelles ou passées, mais également d’envisager sa formation et transformation.

Pour le public des seniors que nous étudions, il est tentant de puiser chez Montaigne quelques réflexions préalables, tant l’humaniste dont notre université porte le nom, s’est interrogé dans ses Essais sur cette période de sa vie.  On remarquera toutefois qu’il considère cette période de façon précoce comme une diminution progressive : une diminution qui n’est pas toujours synonyme d’assagissement :

 Depuis d’un long trait de temps, je me suis envieilli, mais assagi je ne le suis certes pas d’un pouce (essai III.chap.9)

Clairement, le public senior peut prendre des risques, et même des risques inconsidérés, ce qui ne les distingue pas nécessairement des jeunes publics. Et ce d’autant plus que les relations avec le numérique bénéficient même chez les plus anciens d’une expérience restreinte.

On comprend dès lors qu’il ne s’agit pas de considérer les plus anciens comme des digital immigrants au même titre qu’il existerait des digital natives. La transmission de compétences et de connaissances dans les domaines du digital sont bien plus complexes et les plus anciens sont parfois davantage compétents en la matière qu’un adolescent qui semble plus à l’aise qu’en apparence. Il convient donc d’aller au-delà des représentations factices et de songer davantage à améliorer la transmission de part et d’autre, et c’est en cela que les humanités digitales peuvent être la transdiscipline qui facilitera cette opération.

Population ou populations de + 60 ans ?

La Langue française offre un florilège de dénominations pour désigner les différents âge de la vie : nourrisson, enfant en bas âge, enfant, préadolescent, adolescent, post-adolescent, jeune adulte, adulte, etc. Ces huit noms communs servent usuellement à identifier une personne jusqu’à ce qu’elle atteigne ses trente ans.

Si ces dénominations sont nombreuses pour les premières années de la vie, elles le sont bien moins pour ce qui concerne les personnes de plus de soixante ans, regroupées sous des noms plus génériques tels que « seniors », « retraités » ou encore par décade (sexagénaire, septuagénaire, octogénaire, etc.). Or, comme le rappelle Serge Guérin dans L’invention des seniors, « Les noms données aux vieux tentent de recouvrir sous un même vocable une hétérogénéité de situations sociales et physiques, une diversité de générations, une multiplicité de regards ». Effectivement, la catégorie « senior » comprend aussi bien des actifs en fin de carrière, que des jeunes retraités, que des personnes isolées ou bien intégrées, vivant en milieu rural ou bien en milieu urbain, etc. Les plus de soixante ans représentent une multiplicité de profils dont les attentes, les besoins et les habitudes divergent du tout au tout. Pourquoi et comment une société peut-elle répondre correctement aux attentes d’un / de groupe(s) si elle ne parvient pas, en premier lieu, à l’identifier / les identifier comme il se doit ?

Comme le rappelait Jean Bouisson dans son article « Vieillesse et vulnérabilité », publié en 2011 dans Vieillissement et vieillesse, vulnérabilité et ressources : regards croisés, « Dès qu’il s’agit de la vieillesse, le raisonnement tend à user de la synecdoque, le  »bon sens » paraît s’évanouir et le jugement régresser souvent à un niveau quasi syncrétique ». L’auteur nous rappelle ici un dure réalité : les idées reçues sur les personnes de plus de soixante ans sont si profondément ancrées dans les représentations sociales qu’elles tendent à prendre le pas sur la logique et sur la réflexion.

Or, face aux évolutions sociales et démographiques, ce statu quo ne peut plus tenir. Tout d’abord, les premières générations issues du baby-boom d’après guerre entrent à l’âge de la retraite. Elles ont bénéficié des apports de Trente Glorieuses : amélioration du confort, plein emploi, sécurité sociale, etc. Elles vivent aujourd’hui mieux que leurs aînés au même âge et peuvent espérer vivre plus longtemps, ainsi qu’en meilleure santé que ces derniers. Les paradigmes classiques de la vieillesse sont donc totalement remis en question par ce profil inédit de nouveaux retraités.

Ainsi, l’écart déjà présent entre les différentes générations de plus de soixante ans tend-il à s’agrandir. Les vocables déjà peu adaptés à une population hétérogène semblent perdre le peu de pertinence qui leur restaient. Il est aujourd’hui temps de redorer cet âge / ces âges peu mis en valeur, ainsi que de donner à chaque génération la représentation sociale qui lui est due.

Méthode d’enquête (1/3) : le questionnaire en ligne

Notre méthodologie d’enquête se base sur un triptyque, dont le premier volet est quantitatif.

Pourquoi ?

La population de plus de soixante ans représente un ensemble particulièrement hétérogène et peu évident à appréhender. Les différences d’âge, de milieu de vie, de travail sont autant de critères favorisant la pluralité de profils, d’habitudes de vie, ou encore, en l’occurrence, de pratiques numériques.

Dans cette démarche, il nous a semblé particulièrement pertinent de mettre en place une enquête quantitative afin de pouvoir atteindre un maximum de personnes âgées de plus de soixante ans. Le but étant d’établir un état des lieux chiffrés sur les pratiques numérique des plus de soixante ans.

Comment ?

Nous avons lancé, le 16 mars dernier, une enquête en ligne à destination des internautes de plus de soixante ans. Diffusée sur divers plate-formes et relayée sur les réseaux sociaux, cette enquête sera accessible jusqu’au 31 mai inclus.

Quels résultats attendus ?

L’enquête quantitative doit nous donner un panorama des pratiques qui nous intéressent : numériques, informationnelle et de santé, notamment concernant l’automédication.

De l’évaluation de l’information (2)

La cartographie sera alors réalisée à partir de la typologie effectuée avec les sites recensés et examinés. L’objectif est également de mieux percevoir s’il existe des liens notamment hypertexte entre les sites repérés pour une même requête et d’éventuellement mettre en avant des références récurrentes.

Nous nous proposons de relier les risques informationnels repérés à un degré de risque médical selon leur gravité. Même si potentiellement toute mauvaise interprétation de symptômes peut être mortelle, nous souhaitons ici attribuer un indice de gravité associée de 1 à 5 (risque bénin [1] à risque mortel [5]. Les compétences associées à l’EHESP permettront d’affiner et d’évaluer plus précisément le risque médical associé. En l’état, il ne s’agit pas d’effectuer une cartographie intégrale de la relation entre risque informationnel et un risque médical précis encouru.

Techniquement, nous utiliserons des logiciels pour réaliser les différentes cartographies, navicrawler et Gephi pour réaliser un rendu interprétable D’autres logiciels de visualisation seront également utilisés pour mettre en forme les résultats de la grille et de l’enquête. Pour cela, des infographies seront réalisées. Certaines pourront être facilement consultées par le grand public.

De l’évaluation de l’information

Il est impossible d’établir une liste exhaustive des sites en présence d’autant que leurs formes sont diverses et que leur nombre est exponentiel. Toutefois, il s’agit d’établir une grille d’une centaine à un millier de sites soit emblématiques, soit au contraire représentatifs d’un certain type de désinformation. L’objectif est de parvenir à établir à partir de la grille, une première typologie des exemples de désinformation en présence et des risques de mauvaise interprétation. Méthodologiquement, nous souhaitons partir des habitudes de recherche des usagers en effectuant des requêtes à partir de symptômes ressentis (ex : « douleur poitrine et bras gauche » « mal de dos »). Notre objectif est de prendre particulièrement en compte les requêtes qui sont notamment en augmentation sur Google Trends qui mesure le nombre de requêtes pour une expression de recherche sur le moteur de recherche Google.

La grille d’évaluation vise principalement à mesurer les aspects classiques de l’évaluation de l’information, notamment les auteurs, le type de publication (à visée commerciale ou non, etc.), l’url (et à qui appartient le site), les éventuelles mises à jour, etc. Une grille spécifique sera établie pour les résultats émanant de forums de discussion. Le travail sera partagé sur un groupe fermé sur le site de signets sociaux Diigo1, qui permet de partager des ressources que l’on peut annoter, taguer et garder des copies d’écran afin d’éviter qu’une même page soit expertisée à plusieurs reprises. Le porteur de projets est spécialiste de ces outils de partage et d’organisation de l’information. Des tags concernant les types de risques informationnels rencontrés seront utilisés à cet effet. Cela nous permettra à la fin de mettre en avant les différents types de risques informationnels sous forme de nuages de tags avec un outil dédié.

Caractère innovant de RICSA

La question du projet RICSA est innovante dans le sens où elle mêle deux approches : la question des compétences informationnelles et celle du risque lié à l’automédication, qui n’ont été que peu étudiés conjointement. Le projet s’ancre également dans une démarche interdisciplinaire, avec des acteurs scientifiques issus de domaines complémentaires : information communication, anthropologie, santé publique, etc. De plus, la mise en avant de l’importance de l’information médicale a déjà été abordée sous l’angle des compétences, mais elle a souvent été restreinte aux professionnels de la santé amenés à rechercher de l’information professionnelle au quotidien.

Il s’agit ici d’aborder le public des seniors plus rarement observé en matière de pratiques informationnelles. En effet, les approches scientifiques de ce type concernent majoritairement les publics adolescents. Par conséquent, le fait de mêler des observations sur ce public, en recherchant les conséquences et les risques en matière de santé, constitue une approche nouvelle. Elle pose la question de l’accès à l’information et aux soins via le numérique, en tentant de montrer les confusions qui existent entre les possibilités d’obtenir des résultats alors que les compétences informationnelles ou numériques requises ne sont pas acquises. Elle cherche aussi à examiner les pratiques d’achats de médicaments, de façon légale ou non, chez un public où la maladie tend, avec le temps, à être de plus en plus présente. La question de la confiance (en soi, en les autres et en les autorités médicales) est ici interrogée. Le projet cherchera donc à dégager des pistes de médiation à développer en matière de préconisations.

L’objectif est de mieux cerner les enjeux portés par cette thématique innovante pour envisager ensuite des recherches plus conséquentes, mais aussi des expérimentations ciblées. Nous souhaitons former dans un premier temps les équipes de terrain les plus à même de poursuivre ultérieurement une étude plus ambitieuse et plus précise.

RICSA – projet financé par la Fondation MAIF

logo-fondation-maif
La Fondation MAIF est depuis longtemps engagée auprès des chercheurs. Son but : prévenir les risques de santé liés aux évolutions de la société sur divers sujets : mobilité, risques naturels ou encore risques de la vie quotidienne.
C’est dans cette démarche que la Fondation MAIF a soutenu, en juin 2014, le projet RICSA – Risque Informationnel Chez les Seniors et Automédication. Ainsi, en collaboration avec l’université Bordeaux Montaigne et le laboratoire MICA (Médication, Information, Communication et Arts), la Fondation MAIF donne aux acteurs du projet les moyens nécessaires pour mener ce dernier à bien ce projet aux thématiques émergentes.
Plus d’info sur la page dédiée sur le site de la Fondation MAIF

Mieux comprendre les pratiques, mieux prévenir les risques chez les seniors âgés

Nous entendons ici « seniors » les personnes de plus de 75 ans.

Si les seniors sont majeurs depuis longtemps, ils ne sont pas tous nécessairement majeurs face à la technique (Simondon, 1989), et notamment avec les environnements numériques. Beaucoup sont en fait mineurs dans leur agir informationnel sur les espaces numériques et se montrent négligents (au sens étymologique : neg-legere : ne pas lire, Le Deuff, 2010) en ne lisant pas des informations importantes ou en les interprétant mal. Cette difficulté commence parfois dès la lecture des posologies. Du coup, cet état minoritaire est propice à tout type de manipulation dont les conséquences peuvent être dommageables sur la santé. Dans l’état de minorité, la logique sérendipitaire, qui consiste à trouver de l’information intéressante de façon fortuite, devient inversée et conduit au contraire à un risque de mauvaises découvertes notamment numérique : la zemblanité. Cette zemblanité peut se concrétiser par le fait de suivre les conseils de personnes qui présentent une mauvaise influence, ou de se contenter de suivre des explications données sur des forums qui sont mal ciblées ou mal comprises.

Les populations âgées n’ont pas été formées aux potentialités du numérique et encore moins à leurs risques. S’il est courant de désigner les populations adolescentes comme public à risque, les populations seniors sont à prendre en compte du fait d’une santé qui nécessite une attention plus régulière et dont les pathologies peuvent être très importantes. Nous souhaitons donc étudier en quoi des pratiques informationnelles négligentes peuvent être source de pratiques médicales risquées. Cette notion de risque parait d’autant plus importante que le senior est atteint de pathologie chronique et parfois invalidante. La notion de fatigue de sa propre prise en charge quotidienne (exemple des patients diabétiques) peut conduire à des pratiques à risque que l’accès à Internet peut potentiellement accroître. Nous nous intéresserons plus particulièrement à cet effet de potentialisation des risques en contexte numérique.

Les informations disponibles sur le web constituent-elles des éléments forts du passage à l’acte d’automédication. La facilité d’accès à des médicaments de façon légale ou illégale peut-elle constituer une tentation forte ?

 

photo-1417733403748-83bbc7c05140

Pourquoi étudier les seniors ?

Dans un contexte où la production d’information est facilitée, cette dernière devient abondante et, a priori facile, d’accès. Cependant, cette aisance de façade, qui consiste à obtenir une réponse à partir d’une requête sur un moteur de recherche, ne garantit pas que l’information trouvée soit la plus pertinente. Il en résulte un risque informationnel potentiel dont les conséquences peuvent être multiples : réception d’un mail frauduleux, rediffusion irréfléchie d’hoax (information malveillante), émission de données personnelles confidentielles ou encore consultation d’informations dangereuses pour la santé.

downloadUne cible principale d’études : les seniors

C’est dans ce cadre particulier que nous souhaitons étudier le risque informationnel sous l’angle médical, en nous consacrant notamment à la population des seniors, particulièrement les plus de 65 ans.

Le choix des seniors s’explique par une volonté d’aborder un public parfois négligé au profit des jeunes générations notamment dans les sciences de l’information et de la communication. Le laboratoire MICA souhaite porter son attention et ses études sur le public senior et sur les perspectives en e-santé. Les industriels s’intéressent à cette cible sous le vocable de la silver economy. Il nous apparait opportun et souhaitable de mieux comprendre les pratiques informationnelles et numériques et leurs conséquences sur la santé des seniors afin de pouvoir émettre des conseils vis-à-vis d’un public qui va être ciblé par le marketing et des stratégies publicitaires complexes. Or l’ensemble de la population de 65 ans n’est pas toujours à même de comprendre les mécanismes et stratégies sur les nouveaux supports.

Nous considérons toutefois cette classe d’âge comme non homogène, et il s’agit bien d’opérer au cours de cette étude des distinctions sous-générationnelles, sociales et liées aux compétences numériques acquises ou non par les personnes étudiées. Des fractures numériques, aussi bien au niveau des équipements qu’au niveau des compétences, existent.

L’importance de l’évaluation de l’information

L’évaluation de l’information (Serres, 2012) devient une compétence clef qui repose désormais sur l’usager et le citoyen au quotidien. En effet, le numérique a changé les règles de filtrage de l’information, qui s’opéraient autrefois dans les chaînes éditoriales et documentaires. Le web offre des possibilités d’accès à des données de qualité. Néanmoins, il est également une source d’infopollutions. Eric Sutter répartit ces dernières en quatre sortes : la surabondance, la désinformation, la contamination, les abus publicitaires. Le contraire de l’information devient autant la déformation que la désinformation. Une déformation qui finit par s’exercer autant sur les corps que les esprits (De Rougemont, Stiegler)

Or le risque informationnel, notamment lié à des informations médicales, n’est pas sans danger. Certaines personnes utilisent des sources d’information web multiples, qui sont parfois en contradiction, voire en opposition, avec les préconisations médicales. La désinformation se trouve alors facilitée par un climat de défiance institutionnelle qui concerne les institutions politiques, mais aussi les territoires médicaux. Si les plus avertis se montrent capables d’aller lire sur des bases dédiées comme des articles scientifiques, la grande majorité des internautes se contente d’échanger sur des forums ou autres sites alternatifs. Le vocabulaire trop technique ou trop médical des certains sites de qualité s’avère parfois peu compréhensible, poussant les internautes à se rabattre sur des informations d’apparence plus facile à comprendre, mais dont la qualité reste à vérifier. Par conséquent, l’enjeu de cette question repose non seulement sur l’évaluation de l’information brute, mais également sur l’évaluation des auteurs des propos ainsi que des personne chargée de la relecture et de la mise en ligne l’information.

google-76517__180De la même façon, la tentation d’accéder à des pilules miracles pour retrouver jouvence ou libido constitue des risques évidents. Nous tentons, à travers le projet RICSA, de mesurer ces pratiques d’achat isolé de médicaments, voire de cerner le potentiel et les tentations qui pourraient être libérées si les systèmes de vente en ligne venaient à se développer. En ce qui concerne les officines qui vendent des médicaments en ligne, cette évaluation de l’information devient cruciale, d’autant que le nombre de spams à caractères médicaux est considérable. Selon le professeur Jean Giroud, 20 % des hospitalisations de seniors sont dues à des accidents liés à la prise de médicaments.

La pratique de l’automédication a augmenté ces dix dernières années et pourrait augmenter à nouveau avec la possibilité de commander des médicaments par Internet, d’après une enquête de l’Afipa.

RICSA

RICSA : Risque Informationnel Chez les Seniors et Automédication
Le projet RICSA s’intéresse aux risques informationnels chez les seniors concernant leurs pratiques d’automédication sur Internet, ainsi qu’à leur culture numérique en général.
Nous partons d’une question à deux versants : les seniors possèdent-ils une culture numérique suffisante pour identifier les sources d’information de confiance sur la Toile ? De plus, les « seniors » sont-ils aussi homogènes qu’on le pense ?
La consultation d’information à teneur médicale en ligne est devenue courante, notamment chez certaines personnes perdant parfois confiance en l’institution médicale, pour se tourner vers des conseils alternatifs. Le risque informationnel issu d’une désinformation ou d’une mauvaise information conduit à des risques d’importance sur la santé.
RICSA
Le projet vise à effectuer un premier recensement des pratiques à risques et des sites qui présentent des risques de désinformation. Nous nous proposons de mettre en place une enquête (objectif de 10 000 répondants) auprès d’usagers repérés à qui nous proposerons un questionnaire anonymé.